Notre conseil d'ami:
Entrez votre adresse email et nous vous enverrons notre magazine hebdomadaire par mail avec un contenu frais, excitant et profond qui enrichira votre boîte de réception et votre vie, semaine après semaine. Et c'est gratuit.
Oh, et n'oubliez pas "d'aimer" notre page Facebook aussi!
Imprimé de fr.chabad.org

L'homme et la femme

L'homme et la femme

Quelle différence?

E-mail

Au moment où D.ieu créa Adam et qu’il ouvrit les yeux pour la première fois, quel était son profil psychologique ? Il n’avait pas de complexe d’Œdipe parce qu’il n’avait pas de mère. Il n’avait pas de traumatisme de naissance, parce qu’il n’était pas né. Il n’avait pas de rivalité avec un frère... à quoi ressemblait cet homme ? De quoi était fait son psychisme ?

Il est intéressant de noter qu’Adam n’avait pas non plus d’instinct de survie. C’est pourquoi, lorsque D.ieu lui dit « Le jour où tu mangeras de cet arbre, tu mourras », Adam ne fut pas impressionné. « Ah, alors je mourrais... »

Mais s’il n’avait pas même d’instinct de survie, que pouvait-il bien avoir à l’esprit ?

De fait, Adam avait un désir de mort. C’était ça son psychisme. Il avait une pulsion de mort parce que la vie semblait si peu naturelle. Dans un sens, lorsque D.ieu dit « De la poussière tu viens et à la poussière tu retourneras », cela décrivait le psychisme d’Adam. « Je viens de la poussière, je veux retourner. »

Retourner à quoi ? À la poussière. Au néant.

Les hommes, jusqu’à aujourd’hui, ont ce complexe. Si vous lui ôtez tout ce qui est superficiel, ses ornements – sa voiture, son argent et ses chaussures en daim – il ne reste rien, rien d’autre que de la poussière. Chaque homme est terrifié à l’idée qu’à la fin de sa vie, la valeur cumulée de son existence sera insignifiante, quel que soit ce qu’il ait pu accomplir. Tout au fond de lui, il a peur que tout disparaisse et qu’il sera condamné à demeurer un néant, une non-entité, un zéro.

Les femmes ne souffrent pas de cela. Une femme n’a pas peur ou ne s’inquiète pas de sa propre insignifiance. Car, de fait, celle-ci n’existe pas. En effet, Ève ne fut pas créée à partir de la poussière, mais à partir d’Adam. Ainsi, alors qu’un homme craint d’être réduit à son néant originel, si vous effacez tous les accomplissements, toutes les réalisations, d’une femme, celle-ci sera réduite à... un homme.

Si vous supprimez l’égo d’une femme, elle ne devient pas rien, elle devient lui. Elle se perd en lui. Si vous supprimez l’égo d’un homme, il ne se perd pas en elle, il devient néant.

C’est la raison pour laquelle un homme a besoin d’accomplir. Il doit accomplir parce qu’il a besoin de démentir son insignifiance. Une femme, en revanche, n’a pas besoin d’accomplir pour exister. Elle a besoin d’accomplir pour être appréciée.

Parce que si vous n’êtes rien et que vous voulez devenir quelque chose, alors accomplir est fondamental, et, plus que de tout autre chose, vous avez besoin de respect. Le respect envers vous signifie que vous êtes quelque chose.

Une femme, qui ne craint pas d’être réduite à néant, ne comprend pas et ne peut tolérer que son existence ne soit pas appréciée. Ainsi, ce dont une femme a le plus besoin, c’est d’appréciation.

Le Talmud enseigne qu’un homme se doit d’honorer sa femme et d’être très attentif à ses sentiments. Un homme doit être prudent avec l’honneur de sa femme, car une femme est particulièrement sensible à l’injustice. Ce n’est pas là une qualité secondaire de la femme. Au cœur même de l’être féminin se trouve l’injustice qui la fait souffrir. Elle est traitée comme si elle n’était rien, alors que c’est faux. Elle est quelque chose, et cette injustice lui fait mal.

Lorsqu’un homme est traité comme un moins que rien, ce n’est pas l’injustice qui le fait souffrir – c’est la vérité qui le fait souffrir. Il n’est rien et déteste qu’on le lui rappelle. Sa réaction n’est pas celle qui répond à une injustice, ce n’est pas une indignation face à quelque chose d’immoral, c’est une douleur personnelle. Alors que, chez une femme, quelle que soit la façon dont elle ait pu être maltraitée ou accablée, cela demeure essentiellement un problème d’injustice et de morale pour elle.

C’est pourquoi il arrive qu’une femme soit maltraitée pendant des années dans une relation, et tout ce temps-là elle se dit qu’elle le mérite. Un homme n’est pas capable de cela. Il ne peut pas dire « Je le mérite », parce que là n’est pas la question. La question, pour l’homme, est « Est-ce que j’existe, ou non ? » Si vous me maltraitez, alors je n’existe pas, et je ne peux pas supporter cela. Je ne peux pas être réduit à néant et continuer à vivre. Une femme, en revanche, se dit simplement « Je le mérite, donc ce n’est pas une injustice ». De la sorte, elle peut continuer à vivre.

Cela explique pourquoi les hommes sont agressifs. Un homme a désespérément besoin d’être reconnu comme étant quelque chose et a donc besoin de faire ses preuves, d’accomplir, d’acquérir. C’est ce besoin d’acquérir qui est agressif. Une femme, de son côté, est déterminée à conserver ce qui est à elle, à demeurer elle-même. Et quelle que soit l’intensité avec laquelle elle réalise cela, ce n’est pas agressif, car son but n’est pas d’acquérir, mais de préserver.

Lorsque le lion part en chasse, il est agressif. Lorsque la lionne part en chasse, elle essaie de faire vivre sa famille. Bien qu’elle puisse être encore plus violente que le mâle, ce n’est pas de l’agression, c’est de la subsistance. Si vous menacez un ourson à proximité de sa mère, vous vous exposez à de gros ennuis. Vous allez dire « Cette mère est agressive ». Pourtant, elle ne l’est pas. Elle est totalement passive. Si vous ne présentez aucune menace, elle ne vous cherchera pas querelle. Elle ne veut rien vous prendre. Elle veut seulement préserver ce qu’elle a et elle le fera férocement. Mais il s’agit de préservation, ce n’est donc pas de l’agression.

Le lion mâle, lui, veut ce que vous avez, et il est déterminé à vous le prendre. Ainsi, même s’il le fait gentiment et avec douceur, c’est de l’agression. Même la plus subtile et raffinée des séductions est une agression, parce qu’il s’agit d’obtenir ce qui ne vous appartient pas. Vous êtes en quête, vous voulez acquérir, vous êtes un prédateur. Un prédateur doux et raffiné, certes, mais même cela est agressif.

Les hommes sont appelés « agressifs », parce qu’ils cherchent quelque chose qu’ils n’ont pas. Les femmes sont appelées « passives », parce qu’elles ne cherchent pas nécessairement quelque chose qu’elles n’ont pas ; elles aiment ce qu’elles ont. Nous ne parlons pas de possessions matérielles, mais psychologiques.

Ceci nous aide à comprendre la bénédiction que les hommes et les femmes font avant la prière du matin.

Un homme dit « Merci de ne pas m’avoir fait femme ». Un homme est reconnaissant pour ce qu’il n’est pas, parce qu’il ne peut pas affirmer de façon positive et dire « Merci pour ce que je suis ». Il n’est jamais certain d’être quoi que ce soit.

Une femme dit « Merci de m’avoir faite telle que Tu souhaites que je sois ». Une femme peut faire une affirmation positive sur elle-même, car elle sait qu’elle existe, et elle est reconnaissante pour ce qu’elle est.

par Manis Friedman
Le Rav Manis Friedman est un auteur et un conférencier hassidique renommé. Il dirige le Bais Chanah Women's Institute of Jewish Studies à S. Paul, Minnesota.
© Copyright, all rights reserved. If you enjoyed this article, we encourage you to distribute it further, provided that you comply with Chabad.org's copyright policy.
E-mail
1000 Caractères restants
Notifiez-moi lors de la publication de nouveaux commentaires
Trier par:
Discussion (6)
24 décembre 2013
Voilà ce qui se passe quand seul la religion est pris en compte
Votre article est très très intéressant, il a augmenter mon ouverture d'esprit.

Toutefois je trouve que le coté physiologique est complètement mis de coté dans votre analyse et avec le temps c'est ce qui nous donne de biens meilleurs réponses que la religion.

Les lois de la physique sont-elles une invention de l'homme ou de Dieu ?
Anonyme
Canada
29 octobre 2012
l'homme et la femme, quelle différence
Et si Adam était l'Homme générique (l'homme,l a femme, est l'Homme...) Qui pourrait bien être Eve? Et qui sont ces femmes stériles du Tanakh qui ne parviennent pas à enfanter sans l'aide de Hachem et de Hachem Seul? Il est bien le seul à faire émerger la splendeur de la Femme Eve qui dort (son coeur veille-t-il?) en chacun de nous autres hommes et femmes... "la femme est un Homme comme les autres hommes... le "vis à vis"de la femme, de l'homme, est Eve...
bernard
1 août 2012
La femme
Hazak ! Je trouve votre article très juste et nullement réducteur ou empêchant la femme d'être libre, bien au contraire ! Mais il m'a fallu des années et bien des épreuves pour le comprendre. Quand les femmes seront reliées à leur être intérieur, à leur nature d’Ève, non stéréotype mais essence féminine, elles comprendront mieux leur force et leur complémentarité, et non dépendance au sens de soumission à l'homme. Aux hommes aussi de faire face à la femme !
Anonyme
St. Gratien, France
6 novembre 2011
Je suis une femme et pourtant
je ne ressens pas du tout les choses de la façon décrite dans cet article. Je le trouve vraiment réducteur et je suis assez étonnée car j'ai lu d'autres articles sur ce site et les ai trouvés beaucoup plus ouverts. Pourquoi considèrer que la femme et l'homme viennent d'Adam et Eve ? les femmes et hommes d'aujourd'hui viennent de leurs parents qui viennent de leurs parents qui viennent de leurs parents... qui viennent de Lucy et ses parents... Bref, c'est dommage de nier la véritable nature de l'homme qui est issue d'une longue évolution... La religion juive moderne devrait prendre en compte ces faits afin que les juifs puissent réellement se sentir exister en tant qu'humains, hommes et femmes sans se sentir obligés de ressembler aux stéréotypes décrits... je trouve cela terriblement dommage.
emmanuelle
Toulouse, france
18 juin 2011
Dieu n'est pas sexiste
Je suis une femme.
Je ne me fond pas dans un homme pour exister parce que j'ai besoin d'exister par moi-même.
Je suis particulièrement intéressée par la prière et par l'étude et non par le ménage ni la vaisselle ni le repassage.
Je sais c'est plus pratique d'avoir une femme de ménage.
Les hommes de ménage sont plus rares.
Ce n'est pas la faute de Dieu. Il m'a faite telle que je suis et non telle une autre.
J'ai des empreintes digitales uniques et beaucoup de joie à vivre. S'il vous plait, laissez-moi vivre!
yentl
paris
13 octobre 2010
…dépasser le néant de JE …
Adam était le premier homme sur terre : il était le seul de son espèce . Il ne pouvait comprendre la vie qu' au travers de : JE
Je , en hébreu ANI , les mêmes lettres que AÎN, c 'est à dire Rien - Néant " poussière " .Eve arrive , elle n 'est pas la seule de son espèce, Adam non plus : ils deviennent NOUS, le début d 'une grande histoire, celle de l' humanité, où pour que l' équilibre persiste il faudra que chacun trouve et accomplisse ce qu'il est . Homme ICH (Alef Iod Chin) - Femme ICHA (Alef Chin He) : l 'union des deux , de l' homme et de la femme , permet d 'amener YAH (union de IOD et HE ) sur la Terre et de faire vivre la Thora d ' Hachem … richesse des lettres et du sens qui en rayonne …
Erik SCHANDO
DIEPPE, FRANCE
EN CE MOMENT SUR FR.CHABAD.ORG